Décès du cofondateur d'Apple, Steve Jobs

Décès du cofondateur d'Apple, Steve Jobs

Le 5 octobre 2011, Steve Jobs, le visionnaire co-fondateur d'Apple Inc., qui a révolutionné les industries de l'informatique, de la musique et des communications mobiles avec des appareils tels que le Macintosh, l'iPod, l'iPhone et l'iPad, décède à l'âge de 56 ans des suites d'une maladie pancréatique. cancer.

Né le 24 février 1955 à San Francisco, en Californie, de Joanne Schieble et Abdulfattah Jandali, un immigrant syrien, des étudiants diplômés célibataires, Jobs a été adopté comme un bébé par Paul Jobs, un machiniste de la Silicon Valley, et sa femme Clara. Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires à Cupertino, en Californie, en 1972, Jobs a fréquenté le Reed College, une école d'arts libéraux à Portland, en Oregon, pendant un seul semestre avant d'abandonner. Il a ensuite travaillé brièvement pour le pionnier du jeu vidéo Atari en Californie, a voyagé en Inde et a étudié le bouddhisme zen.

En 1976, Jobs et son ami ingénieur informatique Stephen Wozniak ont ​​fondé Apple Computer dans le garage des parents de Jobs à Los Altos, en Californie. Comme Bloomberg News le notera plus tard à propos de Jobs : « Il n'avait aucune formation technique formelle et aucune expérience commerciale réelle. Ce qu'il avait à la place, c'était une appréciation de l'élégance de la technologie et l'idée que les ordinateurs pourraient être plus qu'un jouet d'amateur ou un bourreau de travail d'une entreprise. Ces machines pourraient être des outils indispensables. En 1977, Jobs et Wozniak ont ​​lancé l'Apple II, qui est devenu le premier ordinateur personnel populaire. En 1980, Apple est devenu public et Jobs, alors dans la mi-vingtaine, est devenu multimillionnaire. Quatre ans plus tard, Apple a lancé le Macintosh, l'un des premiers ordinateurs personnels à disposer d'une interface utilisateur graphique, qui permettait aux gens de naviguer en pointant et en cliquant sur une souris plutôt qu'en tapant des commandes.

En 1985, Jobs a quitté l'entreprise à la suite d'une lutte de pouvoir avec le conseil d'administration d'Apple. La même année, il fonde NeXT, une entreprise qui développe des ordinateurs hautes performances. Les machines se sont avérées trop chères pour gagner un large public de consommateurs ; cependant, l'informaticien britannique Tim Berners-Lee a développé le World Wide Web à l'aide d'un poste de travail NeXT. En 1986, Jobs a acquis un petit studio d'infographie fondé par le cinéaste George Lucas et l'a rebaptisé Pixar Animation Studios. En 1995, Pixar a sorti son premier film, « Toy Story », le tout premier long métrage d'animation par ordinateur. Il est devenu un énorme succès au box-office et a été suivi par des succès primés tels que "Finding Nemo" (2003) et "The Incredibles" (2004). En 2006, Walt Disney Company a acheté Pixar pour plus de 7 milliards de dollars, faisant de Jobs le plus grand actionnaire de Disney.

Fin 1996, Apple, qui avait échoué sans Jobs, a annoncé qu'il rachèterait NeXT et embaucherait Jobs en tant que conseiller. L'année suivante, il est devenu PDG par intérim d'Apple (l'"intérimaire" a été abandonné en 2000), et sous sa direction, une Apple presque en faillite a été transformée en l'une des sociétés les plus précieuses de la planète. Perfectionniste charismatique et exigeant, Jobs aurait la capacité de deviner ce que les clients voulaient avant de le savoir eux-mêmes. Dans son jean emblématique et son col roulé noir, le titan de la technologie a transformé les lancements de produits en événements très attendus, et Apple a présenté une série d'appareils numériques innovants, notamment le lecteur de musique portable iPod en 2001, l'iPhone en 2007 et la tablette iPad en 2010. , qui est devenu une partie de la vie moderne quotidienne. (Au début de 2007, Jobs a annoncé qu'Apple, basé à Cupertino, supprimait « Ordinateur » de son surnom officiel pour refléter le fait que l'objectif de l'entreprise était passé des ordinateurs uniquement aux appareils électroniques mobiles).

Malgré une série de problèmes médicaux, notamment une intervention chirurgicale en 2004 pour retirer une tumeur pancréatique et une greffe du foie en 2009, Jobs a continué à diriger Apple jusqu'au 24 août 2011, date à laquelle il a quitté ses fonctions de directeur général de l'entreprise. Six semaines plus tard, il est décédé à son domicile de Palo Alto, en Californie. Au moment de sa mort, Jobs, père de quatre enfants, avait une valeur nette estimée à plus de 7 milliards de dollars. Selon le biographe Walter Isaacson, Jobs « était le plus grand dirigeant d'entreprise de notre époque, celui dont on se souviendra le plus certainement dans un siècle. L'histoire le placera au panthéon juste à côté de Thomas Edison et Henry Ford.


L'ancien PDG d'Apple, Steve Jobs, est décédé à 56 ans

Steve Jobs, co-fondateur d'Apple et son PDG à travers une période de croissance et d'innovation record pour l'entreprise, est décédé. Il avait 56 ans.

La mort de Jobs a été confirmée par une déclaration du conseil d'administration d'Apple.

Nous sommes profondément attristés d'annoncer que Steve Jobs est décédé aujourd'hui.

L'éclat, la passion et l'énergie de Steve ont été la source d'innombrables innovations qui enrichissent et améliorent toutes nos vies. Le monde est infiniment meilleur grâce à Steve.

Son plus grand amour était pour sa femme, Laurene, et sa famille. Nos pensées vont à eux et à tous ceux qui ont été touchés par ses dons extraordinaires.

Selon un communiqué publié par la famille Jobs&rsquos, le cofondateur d'Apple &ldquodied paisiblement [mercredi] entouré de sa famille.&rdquo

"Dans sa vie publique, Steve était connu comme un visionnaire dans sa vie privée, il chérissait sa famille", lit-on dans le communiqué de la famille. &ldquoNous sommes reconnaissants aux nombreuses personnes qui ont partagé leurs souhaits et leurs prières au cours de la dernière année de la maladie de Steve&rsquos, un site Web sera fourni à ceux qui souhaitent offrir des hommages et des souvenirs.&rdquo La famille a également demandé au public &ldquorespecter notre vie privée pendant notre temps de chagrin.»

"Aucun mot ne peut exprimer de manière adéquate notre tristesse à la mort de Steve ou notre gratitude pour l'opportunité de travailler avec lui", a déclaré le PDG d'Apple, Tim Cook, dans une lettre aux employés d'Apple. &ldquoNous honorerons sa mémoire en nous consacrant à poursuivre le travail qu'il aimait tant.&rdquo

Le décès de Jobs survient après une longue maladie qui l'a amené à prendre un congé de l'entreprise en janvier. Il a démissionné de son poste de PDG en août, annonçant au monde que le jour était venu « où je ne pourrais plus remplir mes fonctions et attentes en tant que PDG d'Apple.». Il a été remplacé par le directeur de l'exploitation Cook et est devenu président d'Apple.

&ldquoJe pense qu'Apple&rsquo les jours les plus brillants et les plus innovants sont devant lui,&rdquo Jobs a écrit dans sa lettre de démission.

Jobs&rsquos luttes pour la santé a commencé en 2004 lorsqu'il a lutté contre le cancer du pancréas. En 2009, il a également pris un congé de ses fonctions de PDG chez Apple pour subir une greffe du foie. Il est ensuite devenu un défenseur de l'amélioration des procédures de don d'organes, défendant un projet de loi californien de 2010 qui simplifiait le statut du don d'organes.

Jobs a construit l'ordinateur Apple I avec Steve Wozniak dans le garage des anciens parents de Steve. Cela conduira les deux Steve à fonder Apple Computer en 1976, avec un troisième co-fondateur, Ronald Wayne. La société produirait le très réussi Apple II, le révolutionnaire Macintosh et une philosophie selon laquelle les ordinateurs personnels devraient être utilisables par les gens ordinaires.

Jobs quittera Apple en 1985, du côté perdant d'un différend avec le PDG de l'époque, John Sculley. Au cours des années suivantes, Jobs lancera Next Computer et achètera une société d'animation appelée Pixar à George Lucas. Pixar deviendrait un studio d'animation très réussi, Jobs le vendant à Disney en 2006 pour 7,4 milliards de dollars, tandis que Next Computer ouvrirait la voie au retour de Jobs à Apple.

Apple a acheté Next en 1996 un an plus tard, Jobs est devenu PDG par intérim de la société en difficulté. Au cours de la décennie et demie qui a suivi, il a supervisé une série presque ininterrompue de lancements de produits réussis, commençant par l'iMac en 1998 et se terminant par la sortie de l'iPad en 2010. Pour en savoir plus sur les réalisations de Steve Jobs chez Apple, lisez Macworld et revenez sur sa carrière.

Jobs laisse dans le deuil son épouse Laurene Powell et ses quatre enfants, ainsi que sa sœur, Mona Simpson.

Apple a publié une page commémorative pour Steve Jobs et invite les gens à &ldquopartager vos pensées, vos souvenirs et vos condoléances&rdquo par e-mail.


L'ère numérique visionnaire redéfinie d'Apple

Steven P. Jobs, le cofondateur visionnaire d'Apple qui a contribué à inaugurer l'ère des ordinateurs personnels, puis a mené une transformation culturelle dans la façon dont la musique, les films et les communications mobiles étaient vécus à l'ère numérique, est décédé mercredi. Il avait 56 ans.

Le décès a été annoncé par Apple, la société M. Jobs et son ami de lycée Stephen Wozniak a démarré en 1976 dans un garage de banlieue californienne. Un ami de la famille a déclaré que la cause était des complications du cancer du pancréas.

M. Jobs avait mené une longue lutte publique contre la maladie, restant le visage de l'entreprise même pendant qu'il suivait un traitement, introduisant de nouveaux produits pour un marché mondial dans son jean bleu de marque alors qu'il devenait maigre et frêle.

Il a subi une intervention chirurgicale en 2004, a reçu une greffe du foie en 2009 et a pris trois congés pour raisons médicales en tant que directeur général d'Apple avant de démissionner en août et de céder la barre à Timothy D. Cook, le directeur de l'exploitation. Quand il est parti, il était toujours engagé dans les affaires de l'entreprise, négociant avec un autre cadre de la Silicon Valley quelques semaines plus tôt.

"J'ai toujours dit que s'il arrivait un jour où je ne pourrais plus remplir mes fonctions et attentes en tant que PDG d'Apple, je serais le premier à vous le faire savoir", a déclaré M. Jobs dans une lettre publiée par la société. "Malheureusement, ce jour est venu."

À ce moment-là, après avoir maîtrisé la technologie numérique et capitalisé sur son sens intuitif du marketing, M. Jobs en était largement venu à définir l'industrie des ordinateurs personnels et un éventail d'entreprises numériques de consommation et de divertissement centrées sur Internet. Il était également devenu un homme très riche, d'une valeur estimée à 8,3 milliards de dollars.

Les hommages à M. Jobs ont afflué mercredi soir, dans des déclarations formelles et dans le flux des réseaux sociaux, avec le président Obama, les leaders de l'industrie technologique et des légions de fans d'Apple.

"Pour ceux d'entre nous qui ont la chance de travailler avec Steve, cela a été un très grand honneur", a déclaré Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft. « Steve va énormément me manquer. »

Un utilisateur de Twitter nommé Matt Galligan a écrit : « R.I.P. Steve Jobs. Vous avez touché un monde laid de la technologie et l'avez rendu beau.

Huit ans après avoir fondé Apple, M. Jobs a dirigé l'équipe qui a conçu l'ordinateur Macintosh, une percée dans la simplification de l'utilisation des ordinateurs personnels. Après une séparation de 12 ans de l'entreprise, provoquée par une brouille amère avec son directeur général, John Sculley, il est revenu en 1997 pour superviser la création d'un appareil numérique innovant après l'autre - l'iPod, l'iPhone et l'iPad. Celles-ci ont transformé non seulement des catégories de produits comme les lecteurs de musique et les téléphones portables, mais aussi des secteurs entiers, comme la musique et les communications mobiles.

Au cours de ses années en dehors d'Apple, il a acheté un petit spin-off d'infographie du réalisateur George Lucas et a constitué une équipe d'informaticiens, d'artistes et d'animateurs qui sont devenus Pixar Animation Studios.

À partir de « Toy Story » en 1995, Pixar a produit une série de films à succès, a remporté plusieurs Oscars pour l'excellence artistique et technologique et a fait du long métrage d'animation par ordinateur une forme d'art grand public appréciée par les enfants et les adultes du monde entier.

M. Jobs n'était ni un ingénieur en matériel ni un programmeur de logiciels, et il ne se considérait pas non plus comme un gestionnaire. Il se considérait comme un leader technologique, choisissant les meilleures personnes possibles, les encourageant et les poussant, et faisant le dernier appel à la conception du produit.

Image

C'était un style de direction qui avait évolué. Au cours de ses premières années chez Apple, son ingérence dans les moindres détails rendait ses collègues fous, et ses critiques pouvaient être caustiques et même humiliantes. Mais il a grandi pour susciter une loyauté extraordinaire.

"C'était le leader le plus passionné que l'on puisse espérer, une force de motivation sans parallèle", a écrit Steven Levy, auteur du livre de 1994 "Insanely Great", qui relate la création du Mac. "Tom Sawyer aurait pu ramasser des trucs de Steve Jobs."

"Toy Story", par exemple, a pris quatre ans à faire pendant que Pixar se débattait, mais M. Jobs n'a jamais laissé tomber ses collègues. "" Vous avez besoin de bien plus que de la vision - vous avez besoin d'entêtement, de ténacité, de conviction et de patience pour maintenir le cap ", a déclaré Edwin Catmull, informaticien et co-fondateur de Pixar. "Dans le cas de Steve, il pousse jusqu'au bord, pour essayer de faire le prochain grand pas en avant."

M. Jobs était l'arbitre ultime des produits Apple et ses normes étaient exigeantes. Au cours d'une année, il a lancé deux prototypes d'iPhone, par exemple, avant d'approuver le troisième, et a commencé à l'expédier en juin 2007.

À sa compréhension de la technologie, il a apporté une immersion dans la culture populaire. Dans la vingtaine, il est sorti avec Joan Baez Ella Fitzgerald a chanté lors de sa fête de 30e anniversaire. Sa vision du monde a été façonnée par la contre-culture des années 60 dans la région de la baie de San Francisco, où il avait grandi, fils adoptif d'un machiniste de la Silicon Valley. Lorsqu'il a obtenu son diplôme d'études secondaires à Cupertino en 1972, a-t-il déclaré, "le parfum très fort des années 1960 était toujours là".

Après avoir abandonné le Reed College, un bastion de la pensée libérale à Portland, Oregon, en 1972, M. Jobs a lui-même mené un style de vie contre-culturel. Il a dit à un journaliste que prendre du LSD était l'une des deux ou trois choses les plus importantes qu'il ait faites dans sa vie. Il a dit qu'il y avait des choses à son sujet que les gens qui n'avaient pas essayé les psychédéliques – même les gens qui le connaissaient bien, y compris sa femme – ne pourraient jamais comprendre.

Des décennies plus tard, il a fait le tour du monde dans son propre jet d'affaires, mais il a maintenu des liens affectifs avec la période au cours de laquelle il a grandi. Il se sentait souvent comme un étranger dans le monde de l'entreprise, a-t-il déclaré. En discutant des contributions durables de la Silicon Valley à l'humanité, il a mentionné dans le même souffle l'invention de la puce électronique et « The Whole Earth Catalog », une publication de contre-culture des années 1960.

Le nom même d'Apple reflétait son caractère non conventionnel. À une époque où les ingénieurs et les amateurs avaient tendance à décrire leurs machines avec des numéros de modèle, il a choisi le nom d'un fruit, soi-disant en raison de ses habitudes alimentaires à l'époque.

Arrivé sur la scène juste au moment où l'informatique a commencé à dépasser les murs des laboratoires de recherche et des entreprises dans les années 1970, M. Jobs a vu que l'informatique devenait personnelle - qu'elle pouvait faire plus que calculer des chiffres et résoudre des problèmes scientifiques et commerciaux - et qu'elle pourrait même être une force de changement social et économique. Et à une époque où les ordinateurs amateurs étaient des affaires en bois carrées avec un châssis en métal, il a conçu l'Apple II comme un emballage en plastique élégant et surbaissé destiné à la tanière ou à la cuisine. Il offrait non seulement des produits, mais un style de vie numérique.

Il accorde une grande importance à la notion de « goût », mot qu'il utilise fréquemment. C'était une sensibilité qui brillait dans des produits qui ressemblaient à des œuvres d'art et qui ravissait les utilisateurs. Les bons produits, a-t-il dit, étaient un triomphe du goût, "d'essayer de vous exposer aux meilleures choses que les humains ont faites, puis d'essayer d'intégrer ces choses dans ce que vous faites".

Regis McKenna, un responsable marketing de longue date de la Silicon Valley à qui M. Jobs s'est tourné à la fin des années 1970 pour aider à façonner la marque Apple, a déclaré que le génie de M. Jobs résidait dans sa capacité à simplifier des produits complexes et hautement sophistiqués, « pour éliminer les couches superflues. des affaires, du design et de l'innovation jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une réalité simple et élégante.

Les propres recherches et intuitions de M. Jobs, et non les groupes de discussion, ont été son guide. Lorsqu'on lui a demandé quelle étude de marché avait été consacrée à l'iPad, M. Jobs a répondu : « Aucune. Ce n'est pas le travail des consommateurs de savoir ce qu'ils veulent.

Intérêts précoces

Steven Paul Jobs est né à San Francisco le 24 février 1955 et s'est rendu pour adoption par ses parents biologiques, Joanne Carole Schieble et Abdulfattah Jandali, un étudiant diplômé syrien devenu professeur de sciences politiques. Il a été adopté par Paul et Clara Jobs.


Le cofondateur d'Apple, Steve Jobs, est décédé à l'âge de 56 ans

Oubliez le retournement. Oubliez le Macintosh, l'iPod, l'iPhone et l'iPad. Et tout ce qu'Apple est sur le point d'annoncer ensuite. L'histoire de la vie du cofondateur d'Apple, Steven Paul Jobs, a été toute une histoire. Génial, comme dirait l'homme lui-même. Cette histoire s'est terminée mercredi. Jobs était de 56 ans.

"Steve est décédé paisiblement aujourd'hui entouré de sa famille", a déclaré la famille de Jobs dans un communiqué publié mercredi par Apple. "Dans sa vie publique, Steve était connu comme un visionnaire dans sa vie privée, il chérissait sa famille."

Jobs est né à San Francisco le 24 février 1955 de Joanne Schieble et Abdulfattah Jandali et adopté par Paul et Clara Jobs. Le couple déménagera plus tard avec leur fils dans le comté de San Mateo.

Les emplois n'ont pas emprunté la voie traditionnelle de la richesse. Après un semestre au Reed College de l'Oregon, Jobs a abandonné et est retourné en Californie, où lui et un autre décrocheur, Steve Wozniak, ont construit le premier ordinateur Apple dans un garage de Los Altos, en Californie, en 1976.

Le prochain ordinateur du couple serait le premier succès de l'entreprise. En 1980, Apple a vendu des actions au public. Ce n'est que quatre ans plus tard, cependant, que Jobs dévoilera le produit pour lequel il deviendra le plus connu, l'ordinateur Macintosh, le premier ordinateur grand public à utiliser une interface utilisateur graphique et une souris.

Des affrontements avec l'équipe de direction d'Apple ont conduit à l'éviction de Jobs en 1985. Dans les années qui ont suivi le départ de Jobs, la concurrence d'un groupe d'entreprises construisant des ordinateurs basés sur le système d'exploitation Windows de Microsoft aurait un impact presque paralysant alors qu'Apple avait du mal à trouver sa voie. Jobs est revenu à Apple en 1996 lorsqu'il a acquis NeXT, la société de postes de travail Jobs fondée en 1985.

"Ils étaient dans une situation plutôt lamentable, ils n'avaient pas d'argent, ils avaient gaspillé beaucoup d'argent sur des produits comme Newton, ils étaient passés par plusieurs directeurs généraux différents, ils étaient en grande partie dans le désarroi", Van Baker, un vice-chercheur président de Tech Tracker Gartner dit.

Jobs a ensuite transformé Apple en un drame qui a commencé par un accord désespéré avec son grand rival Microsoft en 1997 pour un investissement de 150 millions de dollars et s'est terminé avec Apple assumant le rôle de l'entreprise technologique la plus précieuse au monde. En cours de route, Jobs a présenté l'iPod, l'iPhone, l'iPad et de nouvelles versions de l'ordinateur Macintosh qu'il a présenté pour la première fois en 1984. "C'est tout simplement incroyable", déclare Baker.

Dans le même temps, Jobs dirigeait Pixar Animation Studios, le studio d'animation numérique qu'il a acquis en 1986 à une série de succès. Sous la direction de Jobs et des co-fondateurs Ed Catmull et Alvy Ray Smith, le studio a réinventé l'animation pour une ère numérique, en lançant une série de films qui sont devenus des classiques modernes, notamment Le monde de nemo, Les incroyables, Ratatouille, MUR-E, En haut, et trois Histoire de jouet films. Pixar a été racheté par Disney en 2006 dans le cadre d'un accord d'une valeur de 7,4 milliards de dollars.

À travers tout cela, Jobs a également évolué d'un étranger mercuriel à une icône vêtue d'un col roulé qui semblait aussi intéressée à façonner Apple - et son pipeline de produits - qu'à lancer son prochain produit. C'était un processus qui a été stimulé par le diagnostic de Jobs avec un cancer du pancréas en 2004 et une série de feuilles médicales parallèles à une chute spectaculaire - et très publique - du poids du visionnaire d'Apple.

« Votre temps est limité, alors ne le gaspillez pas à vivre la vie de quelqu'un d'autre. Ne vous laissez pas piéger par le dogme – qui consiste à vivre avec les résultats de la pensée des autres », a déclaré Jobs lors d'un discours d'ouverture à l'Université de Stanford en 2005. « Ne laissez pas le bruit des opinions des autres étouffer votre propre voix intérieure. Et le plus important, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Ils savent déjà ce que vous voulez vraiment devenir. Tout le reste est secondaire.

Au cours des six prochaines années, Jobs ne perdrait pas un instant. Jobs introduirait l'iPhone en 2007 et l'iPad en 2010, une paire de produits qui ont redéfini l'entreprise. Apple est désormais l'entreprise technologique la plus valorisée au monde.

À travers tout cela, cependant, la santé de Jobs a semblé décliner. Jobs, bien sûr, est en congé de maladie depuis janvier, promettant seulement de « revenir dès que possible ». (Voir « The Medical Mismeasure Of Steve Jobs ») Le congé médical était le troisième de Jobs depuis 2004.

Alors que Jobs a surpris les fans de l'entreprise en présentant le nouvel iPad de l'entreprise, le 2 mars, et une nouvelle suite de services en ligne baptisée "iCloud", lors de la conférence annuelle des développeurs d'Apple le 6 juin, il n'a jamais fait le retour au service actif que beaucoup espéraient.

Le 24 août, il a démissionné de son poste de directeur général, cédant ses fonctions au directeur de l'exploitation de longue date, Tim Cook, tout en assumant le rôle de président du conseil d'administration d'Apple.


Décès du cofondateur d'Apple, Steve Jobs - HISTOIRE

Le 5 octobre 2011, le co-fondateur d'Apple, Steve Jobs, a laissé son héritage après avoir créé et développé la plus grande entreprise au monde à partir de zéro dans un garage. L'homme qui nous a apporté le MacBook, l'iPhone, l'iPod, l'iPad et de nombreux autres produits incroyables qui ont révolutionné la façon dont nous interagissons avec la technologie et les uns avec les autres, avait 56 ans lorsque des complications de santé dues au cancer ont mis fin à sa glorieuse vie. .

La nouvelle de sa mort a frappé le monde et une multitude de fans se sont réunis pour commémorer la légende qui a navigué et dirigé certaines des idées les plus innovantes de la Silicon Valley. Jobs a réalisé l'importance de transformer les ordinateurs en quelque chose que tout le monde devrait avoir et pourrait utiliser, introduisant ainsi une interface utilisateur qui avait des années-lumière d'avance sur les concurrents. Depuis le premier ordinateur personnel de l'entreprise, le long chemin parcouru pour bouleverser le marché de l'électronique l'a amené à créer de nouvelles façons de consommer et de transporter de la musique - avec l'iPod -, ainsi que de nouveaux moyens de communication - comme l'iPhone - qui sont devenus la norme. de produits parfaitement conçus et fonctionnels.

GALERIE : Découvrez l'évolution des produits Apple depuis les débuts de l'entreprise jusqu'à aujourd'hui


Des hommages affluent pour Steve Jobs, le co-fondateur d'Apple avait 56 ans

L'ancien PDG d'Apple, Steve Jobs, est décédé à l'âge de 56 ans. Ici, il prononce le discours d'ouverture de la conférence des développeurs Apple 2011. Pour l'événement, Jobs est revenu d'un congé de maladie pour introduire un nouveau système de stockage iCloud et les prochaines versions d'iOS et Mac OSX d'Apple.

Justin Sullivan/Getty Images masquer la légende

L'ancien PDG d'Apple, Steve Jobs, est décédé à l'âge de 56 ans. Ici, il prononce le discours d'ouverture de la conférence des développeurs Apple 2011. Pour l'événement, Jobs est revenu d'un congé de maladie pour introduire un nouveau système de stockage iCloud et les prochaines versions d'iOS et Mac OSX d'Apple.

Justin Sullivan/Getty Images

Les hommages affluent en l'honneur du cofondateur d'Apple, Steve Jobs, décédé mercredi à l'âge de 56 ans. On se souvient de lui comme d'un visionnaire qui a cofondé Apple, a quitté l'entreprise, puis est revenu pour en faire une puissance mondiale.

Jobs luttait depuis plusieurs années contre une forme rare de cancer du pancréas – une bataille qui l'a obligé à prendre plusieurs pauses prolongées de ses fonctions de PDG d'Apple. Il a démissionné de ce poste le 24 août 2011.

Mise à jour à 21h40. ET : Les deux voies la couverture reprendra dans la matinée, avec plus d'histoires et de réactions à la mort de Steve Jobs.

Mise à jour à 21h30. ET : Quelques jours seulement après avoir dit à quel point c'était "cool" d'obtenir un iPad 2 en avance - et directement de Jobs lui-même - le président Obama a publié une déclaration sur la mort de Jobs :

Michelle et moi sommes attristés d'apprendre le décès de Steve Jobs. Steve était l'un des plus grands innovateurs américains - assez courageux pour penser différemment, assez audacieux pour croire qu'il pouvait changer le monde et assez talentueux pour le faire.

En bâtissant l'une des entreprises les plus prospères de la planète à partir de son garage, il a illustré l'esprit d'ingéniosité américaine. En rendant les ordinateurs personnels et en mettant Internet dans nos poches, il a rendu la révolution de l'information non seulement accessible, mais intuitive et amusante. Et en mettant ses talents de conteur, il a fait le bonheur de millions d'enfants et d'adultes. Steve aimait à dire qu'il vivait chaque jour comme si c'était le dernier. Parce qu'il l'a fait, il a transformé nos vies, redéfini des industries entières et réalisé l'un des exploits les plus rares de l'histoire de l'humanité : il a changé la façon dont chacun de nous voit le monde.

Le monde a perdu un visionnaire. Et il n'y a peut-être pas de plus grand hommage au succès de Steve que le fait qu'une grande partie du monde a appris son décès grâce à un appareil qu'il a inventé. Michelle et moi envoyons nos pensées et nos prières à Laurene, la femme de Steve, à sa famille et à tous ceux qui l'aimaient.

Mise à jour à 21h20. ET : Au moment de la mort de Jobs, Apple était devenu une force culturelle. Voici un échantillon de l'opinion des commentateurs de NPR :

John Goodman (goochisan) a écrit : "Merci, Steve Jobs – vous êtes un génie fou, prémonitoire et égocentrique, vous. Je n'aurais pas de carrière sans vous – et le monde sera un peu moins cool et excitant sans vous. Repose en paix."

Philip Ryan (Ruskinrules) a écrit : « Les gens l'aimaient ou le détestaient - mais vous ne pouvez pas contester son éclat et sa vision. Et que ce soit par jalousie, compétition ou juste pour le plaisir, vous continuerez à entendre des ennemis. Personnellement, j'ai beaucoup admiré l'homme. "

Et sur Twitter, Saoire O'Brien a partagé une citation préférée : "Soyez un critère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où l'excellence est attendue." — Steve Jobs

Mise à jour à 21h15. ET : Les membres de la jeune génération d'innovateurs technologiques pèsent sur le décès de Jobs. Sergey Brin de Google a écrit sur Google Plus :

"Dès les premiers jours de Google, chaque fois que Larry et moi avons cherché l'inspiration pour la vision et le leadership, nous n'avions pas besoin de chercher plus loin que Cupertino. Steve, votre passion pour l'excellence est ressentie par tous ceux qui ont déjà touché un produit Apple (y compris le macbook I J'écris ceci en ce moment.) Et j'en ai été témoin en personne les quelques fois où nous nous sommes rencontrés.

"Au nom de nous tous chez Google et plus largement dans la technologie, vous nous manquerez beaucoup. Mes condoléances à la famille, aux amis et aux collègues d'Apple."

Et sur Facebook, le fondateur de l'entreprise, Mark Zuckerberg, a écrit : "Steve, merci d'être un mentor et un ami. Merci d'avoir montré que ce que vous construisez peut changer le monde. Vous me manquerez."

Mise à jour à 20h50. ET : Des déclarations et des images honorant les emplois apparaissent partout sur Internet. L'un des plus frappants est celui de Boing Boing, qui a refait son site pour évoquer l'environnement d'exploitation monochromatique Mac Classic. Et un portrait de Jobs composé de divers produits Apple a également refait surface (c'était un succès en janvier).

Une capture d'écran montre le site Web de Boing Boing, redessiné pour ressembler à l'un des premiers systèmes d'exploitation Mac en l'honneur du défunt co-fondateur d'Apple, Steve Jobs.

Radio Nationale Publique masquer la légende

Une capture d'écran montre le site Web de Boing Boing, redessiné pour ressembler à l'un des premiers systèmes d'exploitation Mac en l'honneur du défunt co-fondateur d'Apple, Steve Jobs.

Mise à jour à 20h40. ET : Le cofondateur de Microsoft, Bill Gates, affirme que Jobs a eu un "impact profond" qui durera des années. Voici sa déclaration :

"Je suis vraiment attristé d'apprendre le décès de Steve Jobs. Melinda et moi présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses amis, ainsi qu'à tous ceux que Steve a touchés à travers son travail.

Steve et moi nous sommes rencontrés pour la première fois il y a près de 30 ans et avons été collègues, concurrents et amis au cours de plus de la moitié de notre vie.

Le monde voit rarement quelqu'un qui a eu l'impact profond de Steve, dont les effets se feront sentir pendant de nombreuses générations à venir.

Pour ceux d'entre nous qui ont la chance de travailler avec lui, cela a été un très grand honneur. Steve va énormément me manquer."

Pendant des années, Gates et Jobs ont été de féroces concurrents. Mais ils ont partagé une scène en 2007, lorsqu'ils ont été interviewés pour Le Wall Street Journal Conférence All Things Digital. Vous pouvez regarder cette vidéo ici :

La vidéo est également archivée sur le site All Things Digital. Si vous fouillez là-bas, vous trouverez peut-être Jobs racontant cette blague sur ses compétences en leadership :

"Apple est comme un navire, avec un trou au fond. Des fuites d'eau. Et mon travail consiste à diriger le navire dans la bonne direction."

Mise à jour à 20h25. ET : Après avoir fondé Apple avec Steve Wozniak en 1976, Jobs a connu des hauts et des bas dans sa carrière et a remodelé les industries de l'informatique, de la musique et de la téléphonie mobile. NPR a une chronologie de sa carrière.

Mise à jour à 20h15. ET : La famille de Steve Jobs a publié un communiqué :

Steve est décédé paisiblement aujourd'hui entouré de sa famille.

Dans sa vie publique, Steve était connu comme un visionnaire dans sa vie privée, il chérissait sa famille. Nous remercions les nombreuses personnes qui ont partagé leurs souhaits et leurs prières au cours de la dernière année de la maladie de Steve. Un site Web sera fourni à ceux qui souhaitent offrir des hommages et des souvenirs.

Nous sommes reconnaissants pour le soutien et la gentillesse de ceux qui partagent nos sentiments pour Steve. Nous savons que beaucoup d'entre vous pleureront avec nous et nous vous demandons de respecter notre vie privée pendant cette période de deuil.

Notre message d'origine continue :

Au cours des derniers mois, Laura Sydell de NPR s'est entretenue avec plusieurs personnes qui connaissaient l'innovateur technologique, dont Susan Rockrise, une directrice de création qui a travaillé avec Jobs.

"Simplifier la complexité n'est pas simple", explique Rockrise à Laura. "C'est le plus beau et le plus beau cadeau d'avoir quelqu'un qui a les capacités de Steve en tant qu'éditeur et concepteur de produits pour éditer la merde afin que vous puissiez vous concentrer sur ce que vous voulez faire."

Dans un communiqué publié sur son site Internet, la société de technologie a déclaré :

Apple a perdu un génie visionnaire et créatif, et le monde a perdu un être humain incroyable. Ceux d'entre nous qui ont eu la chance de connaître et de travailler avec Steve ont perdu un ami cher et un mentor inspirant. Steve quitte l'entreprise que lui seul aurait pu construire, et son esprit restera à jamais le fondement d'Apple.

Sur la même page, la société a également publié une adresse e-mail qu'elle invitait les fans d'Apple à utiliser pour envoyer des souvenirs ou des condoléances.

Les histoires semblent abonder sur Steve Jobs – comme celle qu'Eyder Peralta a relayée dans cet espace en août, concernant son souci du détail et la façon dont le logo Google est apparu sur l'iPhone. Jobs n'était tout simplement pas satisfait de la nuance de jaune que les développeurs avaient utilisée, et il a pris soin de s'assurer qu'ils l'avaient bien compris.

Si vous avez d'autres pensées, souvenirs ou histoires que vous aimeriez partager, n'hésitez pas à le faire dans notre section commentaires, ci-dessous.


Décès du cofondateur d'Apple, le président Steve Jobs

Le cofondateur et président d'Apple, Steve Jobs, est décédé mercredi. Il avait 56 ans.

Jobs souffrait de divers problèmes de santé à la suite du septième anniversaire de sa chirurgie pour une forme rare de cancer du pancréas en août 2004. Apple a annoncé en janvier qu'il prendrait un congé médical indéterminé, Jobs démissionnant alors de son rôle de PDG fin août.

Jobs avait subi une greffe du foie en avril 2009 au cours d'un congé prévu de six mois. Il est retourné au travail pendant un an et demi avant que sa santé ne l'oblige à s'absenter davantage. He told his employees in August, "I have always said if there ever came a day when I could no longer meet my duties and expectations as Apple’s CEO, I would be the first to let you know. Unfortunately, that day has come."

One of the most legendary businessmen in American history, Jobs turned three separate industries on their head in the 35 (April 1, 1976) years he was involved in the technology industry.

Personal computing was invented with the launch of the Apple II in 1977. Legal digital music recordings were brought into the mainstream with the iPod and iTunes in the early 2000s, and mobile phones were never the same after the 2007 debut of the iPhone. Jobs played an instrumental role in the development of all three, and managed to find time to transform the art of computer-generated movie-making on the side.

The invention of the iPad in 2010, a touch-screen tablet computer his competitors flocked to reproduce, was the capstone of his career as atechnologist. A conceptual hybrid of a touch-screen iPod and a slate computer, the 10-inch mobile device was Jobs' vision for a more
personal computing device.

Jobs was considered brilliant yet brash. He valued elegance in design yet was almost never seen in public wearing anything but a black mock turtleneck, blue jeans, and a few days worth of stubble. A master salesman who considered himself an artist at heart, Jobs inspired both reverence and fear in those who worked for him and against him, and was adored by an army of loyal Apple customers who almost saw him as superhuman.

Jobs was born in San Francisco in 1955 to young parents who gave him up for adoption. Paul and Clara Jobs gave him his name, and moved out of the city in 1960 to the Santa Clara Valley, later to be known as Silicon Valley. Jobs grew up in Mountain View and Cupertino, where Apple's headquarters is located.

He attended Reed College in Oregon for a year but dropped out, although he sat in on some classes that interested him, such as calligraphy. After a brief stint at Atari working on video games, he
spent time backpacking around India, furthering teenage experiments with psychedelic drugs and developing an interest in Buddhism, all of which would shape his work at Apple.

Back in California, Jobs' friend Steve Wozniak was learning the skills that would change both their lives. When Jobs discovered that Wozniak had been assembling relatively (for the time) small computers, he struck a partnership, and Apple Computer was founded in 1976 in the usual Silicon Valley fashion: setting up shop in the garage of one of the founder's parents.

Wozniak handled the technical end, creating the Apple I, while Jobs ran sales and distribution. The company sold a few hundred Apple Is, but found much greater success with the Apple II, which put the company on the map and is largely credited as having proven that regular people wanted computers.

It also made Jobs and Wozniak rich. Apple went public in 1980, and Jobs was well on his way to becoming one of the first tech industry celebrities, earning a reputation for brilliance, arrogance, and the sheer force of his will and persuasion, often jokingly referred to as his “reality-distortion field.”

The debut of the Macintosh in 1984 left no doubt that Apple was a serious player in the computer industry, but Jobs only had a little more than a year left at the company he founded when the Mac was released in January 1984.

By 1985 Apple CEO John Sculley--who Jobs had convinced to leave Pepsi in 1983 and run Apple with the legendary line, "Do you want to spend the rest of your life selling sugared water or do you want a chance to change the world?"--had developed his own ideas for the future of the company, and they differed from Jobs'. He removed Jobs from his position leading the Macintosh team, and Apple's board backed Sculley.

Jobs resigned from the company, later telling an audience of Stanford University graduates "what had been the focus of my entire adult life was gone, and it was devastating." He would get the last laugh.

He went on to found NeXT, which set about making the next computer in Jobs' eyes. NeXT was never the commercial success that Apple was, but during those years, Jobs found three things that would help him architect his return.

The first was Pixar. Jobs snapped up the graphic-arts division of Lucasfilm in 1986, which would go on to produce "Toy Story" in 1995 and set the standard for computer-graphics films. After making a
fortune from Pixar's IPO in 1995, Jobs eventually sold the company to Disney in 2006.

The second was object-oriented software development. NeXT chose this development model for its software operating systems, and it proved to be more advanced and more nimble than the operating system developments Apple was working on without Jobs.

The third was Laurene Powell, a Stanford MBA student who attended a talk on entrepreneurialism given by Jobs in 1989 at the university. The two wed in 1991 and eventually had three children Reed, born in 1991, Erin, born in 1995, and Eve, born in 1998. Jobs has another daughter, Lisa, who was born 1978, but Jobs refused to acknowledge he was her father for the first few years of her life, eventually reconciling with Lisa and her mother, his high-school girlfriend Chris-Ann Brennan.

Jobs returned to Apple in 1996, having convinced then-CEO Gil Amelio to adopt NeXTStep as the future of Apple's operating system development. Apple was in a shambles at the time, losing money, market share, and key employees.

By 1997, Jobs was once again in charge of Apple. He immediately brought buzz back to the company, which pared down and reacquired a penchant for showstoppers, such as the 1998 introduction of the iMac perhaps the first "Stevenote." His presentation skills at events such as Macworld would become legendary examples of showmanship and star power in the tech industry.

Jobs also set the company on the path to becoming a consumer-electronics powerhouse, creating and improving products such as the iPod, iTunes , and later, the iPhone and iPad. Apple is the most valuable publicly-traded company in the world, surpassing ExxonMobil's market capitalization in August.

He did so in his own fashion, imposing his ideas and beliefs on his employees and their products in ways that left many a career in tatters. Jobs enforced a culture of secrecy at Apple and was an
extremely demanding leader, terrorizing Apple employees when he returned to the company in the late 1990s with summary firings if he didn't like the answers they gave when questioned.

Jobs was an intensely private person. That quality put him and Apple at odds with government regulators and stockholders who demanded to know details about his ongoing health problems and his prognosis as the leader and alter ego of his company. It spurred a 2009 SEC probe into whether Apple's board had made misleading statements about his health.

In the years before he fell ill in 2008, Jobs seemed to soften a bit, perhaps due to his bout with a rare form of pancreatic cancer in 2004.

In 2005, his remarks to Stanford graduates included this line: "Remembering that I'll be dead soon is the most important tool I've ever encountered to help me make the big choices in life. Because almost everything--all external expectations, all pride, all fear of embarrassment or failure--these things just fall away in the face of death, leaving only what is truly important."

Later, in 2007, he appeared onstage at the D: All Things Digital conference for a lengthy interview with bitter rival Bill Gates, exchanging mutual praise and prophetically quoting the Beatles: "You and I have memories longer than the road that stretches out ahead."

Jobs leaves behind his wife, four children, two sisters, and 49,000 Apple employees.

CNET's Tom Krazit, Josh Lowensohn and Erica Ogg contributed to this report.


Apple co-founder founder Steve Jobs dies - HISTORY

By Luke Dormehl • 5:00 am, October 5, 2020

October 5, 2011: Apple co-founder Steve Jobs dies at the age of 56 in his home in Palo Alto, California.

Jobs’ official cause of death is respiratory arrest arising from complications related to a rare type of pancreatic cancer. He was diagnosed with the cancer eight years earlier, and officially stepped down from his role as Apple CEO in August 2011.

This post contains affiliate links. Cult of Mac may earn a commission when you use our links to buy items.

With so much written about Jobs in the years since he died, and so much material to write about, it’s impossible to summarize his life in a short article. To me, one of the most notable things about his death was how much it meant to people around the world.

If anyone thought of tech as a niche hobby in 2011, the public outpouring of grief following Jobs’ death surely changed their mind.

Steve Jobs: An unsentimental man

Jobs himself was not sentimental. When he left Apple in the mid-1980s, he didn’t even clear out his office. That meant personal mementos like his first Apple stock certificate, which had hung on his office wall, got tossed in the trash.

Shortly after returning to Apple in the late 1990s, he gave the company’s historical archive to Stanford University Libraries. The stash included records that Apple management kept since the mid-1980s. The reason Apple handed over this historical treasure trove? Jobs didn’t want the company to fixate on the past.

In 2006, an ex-Apple employee named David Pakman emailed Jobs. Pakman, who worked at Apple from 1991 through 1997, suggested staging a celebratory event for Apple’s 30th birthday. He received a simple answer:

David,

Apple is focused on the future, not the past.

— Steve

An amazing legacy at Apple

This attitude extended to Jobs’ view of himself — and his own legacy. He apparently “made his view … very clear” that Apple should not name its new spaceship campus after him, even though he made one of his last public appearances speaking in favor of the construction project. In the end, Cupertino dubbed the massive campus “Apple Park.” (Apple named the campus’ award-winning media center The Steve Jobs Theater in his honor.)

Jobs also spent much of his latter tenure at Apple establishing a company that could run without his presence. As Tim Cook told the authors of the biography Becoming Steve Jobs, “[Steve] didn’t want us asking, ‘What would Steve do?’ He abhorred the way the Disney culture stagnated after Walt Disney’s death, and he was determined for that not to happen at Apple.”

Nor did Jobs harbor illusions that people would obsess over Apple products for years after his death. That’s despite his perfectionist knack for getting the products right during his life.

“All the work that I have done in my life will be obsolete by the time I am 50,” Jobs said in a 1994 interview, when was 39.

Whether he was right or not (and, in technical terms at least, he was), he clearly felt this way.

Life after Steve Jobs’ death

All of which goes some way to saying why it was so heartening that Jobs’ death received so much attention. He wasn’t the richest technology CEO to die. But the reaction showed that his life — faults and all — meant a lot to a great number of people. Jobs helped create products people cared about, and in turn they cared about him.

A lot has changed at Apple since Jobs died. And that is exactly what he made clear he wanted to happen. Gauntlets he laid down about never wanting to see a stylus on an iPad have been, wonderfully, cast aside with the Apple Pencil. Jobs always pushed engineers to prove him wrong, so I think he couldn’t have been any happier with the result.

We’re also well beyond the need for the Mac to be a “digital hub.” And today, Apple embraces environmentalism and other issues with a passion Jobs did not exhibit for them.

But it’s the same company Jobs imbued with a strong vision back in the 1980s (and arguably the late ’70s). And, hey, the product lines he set in motion continue to be extremely profitable — as do the movies made by Pixar, which Jobs helped bring to prominence.

Memories of Steve Jobs

What are your resounding memories of Steve Jobs? Where were you when you heard he had passed away? What was his single biggest achievement, in your view? Leave your comments below.


Apple co-founder founder Steve Jobs dies - HISTORY

Steven Paul Jobs was an American inventor, designer and entrepreneur who was the co-founder, chief executive and chairman of Apple Computer. Apple's revolutionary products, which include the iPod, iPhone and iPad, are now seen as dictating the evolution of modern technology. Born in 1955 to two University of Wisconsin graduate students who gave him up for adoption, Jobs was smart but directionless, dropping out of college and experimenting with different pursuits before co-founding Apple with Steve Wozniak in 1976.
Jobs left the company in 1985, launching Pixar Animation Studios, then returned to Apple more than a decade later. Jobs died in 2011 following a long battle with pancreatic cancer.

MOVIES:
Namely the critically panned Jobs (2013), starring Ashton Kutcher, and Steve Jobs (2015), starring Michael Fassbender and directed by Danny Boyle.

NET WORTH
In 2011, Forbes estimated the majority of Steve Jobs’ net worth at around $6.5 billion to $7 billion from his sale of Pixar to the Walt Disney Company in 2006. However if Jobs had not sold his Apple shares in 1985, when he left the company he founded and helmed for over a decade, his net worth would have been a staggering $36 billion.

HIS LAST WORDS:
In Mona Simpson’s eulogy for Steve Jobs, his sister said Steve Jobs looked at his sister Patty, kids and wife, then said his last words: “OH WOW. OH WOW. OH WOW.”


Steve Jobs, Apple co-founder, dies

SAN FRANCISCO -- Steve Jobs, the innovative co-founder of Apple who transformed personal use of technology as well as entire industries with products such as the iPod, iPad, iPhone, Macintosh computer and the iTunes music store, has died.

The Apple chairman was 56.

The iconic American CEO, whose impact many have compared to auto magnate Henry Ford and Walt Disney— whom Jobs openly admired — abruptly stepped down from his position as CEO of Apple in August because of health concerns. He had been suffering from pancreatic cancer.

"Apple has lost a visionary and creative genius, and the world has lost an amazing human being," read a statement on Apple's website. "Those of us who have been fortunate enough to know and work with Steve have lost a dear friend and an inspiring mentor."

Google Chairman Eric Schmidt, a former Apple board member, called Jobs the best CEO of the past 50 years — perhaps 100 years.

A seminal business and technology leader, Jobs' success flowed from a relentless focus on making products that were easy and intuitive for the average consumer to use. His products were characterized by groundbreaking design and style that, along with their technological usefulness, made them objects of intense desire by consumers around the world.

He was known as a demanding, mercurial boss and an almost mystical figure in technology circles as well as popular culture. Author and business consultant Jim Collins once called Jobs the "Beethoven of business."

He was one of the people who made Silicon Valley the capital of technological innovation and venture capital fortunes.

His creation of iTunes as an online way to purchase music digitally helped transform the music industry and delivered a blow to the standard industry practice of packaging music in albums or CDs. With iTunes, consumers could buy individual songs for 99 cents. The music industry didn't welcome the change at first, but after waging an intense battle against illegal downloads, it came to rely on the business model iTunes created.

Jobs' work at Apple and other projects made him a fortune estimated by Forbes magazine in 2011 at $8.3 billion. He was No.110 on Forbes' list of billionaires worldwide and No.34 in the United States, as of the magazine's March 2011 estimates.

Unlike tech rival Bill Gates of Microsoft or business leader Warren Buffett, Jobs did not make a practice of public philanthropy. While he may have made anonymous gifts to charity, he did not publicly embrace Gates' and Buffett's call for the wealthiest Americans to pledge to donate half their fortunes.

Jobs was married to Laurene Powell Jobs, 47. He had four children, three with Powell Jobs. A fourth child, Lisa, had an early Apple computer — a predecessor to the Macintosh — named after her. The family succeeded in keeping the children out of the spotlight and largely unknown to the public. Jobs was a Buddhist.

Jobs dropped out of Reed College to build computers with high school friend Steve Wozniak, creating what became the Apple I computer in 1976.

As sales lagged by the 1980s, Jobs was ousted from the company's leadership in a 1985 boardroom coup led by then-Apple CEO John Sculley. He returned in 1996 after Apple bought his technology start-up, NeXT, for $400 million. Within months, Jobs took over as Apple CEO for the ousted Gil Amelio and led a major corporate turnaround.

Five years later, with the release of the iPod personal digital music player, Apple had leaped from computer maker to become the leading consumer electronics giant worldwide.

Millions of its computers and gadgets were produced in Asia and sold to U.S. and worldwide markets, making the company one of the most recognizable and beloved brand names ever.

Once on the brink of a financial abyss, Apple had a market value of $350 billion — not far behind No.2 Exxon Mobil — by the time Jobs resigned as CEO.

After his forced departure from Apple, Jobs bought what became Pixar from filmmaker George Lucas. The digital animation movie company has produced box-office hits including Toy Story and Finding Nemo. Disney bought the company for $7.4 billion in 2006. Jobs held a 7.3% ownership stake in Disney.

He was known for creating a culture of secrecy at Apple that fueled intense media speculation about the company's next product. Jobs himself introduced major products with flair at highly anticipated events that proved to be one of the company's best marketing tools.

Jobs didn't hesitate to level caustic comments at competitors, particularly Microsoft in earlier years and later Google, which he ridiculed as evil, mediocre and lacking in taste. His skewering of Microsoft was parodied in a series of TV ads featuring the characters "Mac" and "PC."

Jobs was known for firing employees in profanity-laced tantrums and reducing some subordinates to tears. Yet many of his top deputies at Apple and Pixar worked with him for years.

Jobs is listed as an inventor or co-inventor on 313 Apple patents, including the iPod's user interface.

Although he brought simple, elegant technology to the masses, the reclusive Jobs was often uncomfortable around people and rarely spoke publicly. On rare occasions when he spoke with reporters, he offered few or no personal insights.

His reluctance to appear in public led to questions about his health, as did a dramatic loss in weight and gaunt appearance.

Jobs was diagnosed with a form of pancreatic cancer in 2003. He informed Apple employees in 2004.

"No one wants to die," he said in a commencement speech at Stanford University in 2005. "And yet death is the destination we all share. No one has ever escaped it."

Jobs' status as a corporate star put him on the covers of Time, Fortune and Forbes.

"Jobs led an enormous cultural shift of the businessman as a creative, even artistic, force," says Alan Deutschman, author of The Second Coming of Steve Jobs.

"When Jobs first came on the scene, it wasn't cool to be in business," Deutschman says. "Through the 1970s, the Dow hardly moved. Being in business was seen as being a total sellout. But Jobs was young and glamorous, and gave business that image. Now, young people aspire to be in business."

Steven Paul Jobs was born in San Francisco on Feb. 24, 1955, to unwed parents. He was adopted by Paul and Clara Jobs of Mountain View, Calif.

The young Jobs contacted William Hewlett, co-founder of Hewlett-Packard, to ask for parts for a class project. Impressed, Hewlett offered Jobs a summer internship.

Upon graduating from Homestead High School in Cupertino, Calif., in 1972, Jobs briefly went to Reed College in Portland, Ore. After a stint as a video-game designer at Atari, Jobs trekked to India in 1974, where he embraced Eastern culture and religion. Shortly after that, he lived in a commune in California.

In 1975, Jobs began hanging out with the Homebrew Computer Club and a friend from high school, Steve Wozniak. Jobs, then 21, and Wozniak — the "two Steves," as they became known — co-founded Apple Computer in Jobs' parents' garage in 1976.

By 25, Jobs was a millionaire. His first go-round at Apple was highlighted by the creation and introduction, in 1984, of the Macintosh, a revolutionary personal computer with an inviting graphical user-interface and mouse that popularized PCs for the masses.

The influence of the Beatles ran deep to Apple's core, too. Jobs presented a Mac to Yoko Ono, wife of the late John Lennon, and was ensnared in a long-running trademark lawsuit with the music group's Apple Corps label. It was settled in 2007.

In a 1996 interview in San Francisco, Jobs offered a glimpse of his hopes to mirror the success of Walt Disney and George Lucas. "Computers are commodities with a six-month shelf life," he said. "Classics like Snow White and Fantasia are passed from generation to generation."

Wozniak said Apple is a reflection of Jobs' creative daring.

"He helped it achieve incredible things in music, smartphones, tablets and retail, while still making great computers," said Wozniak, who said he and Jobs occasionally talk.

Leander Kahney, author of Inside Steve's Brain, said Jobs reconciled conflicting personality traits into an eclectic business philosophy.

"Jobs embraced the personality traits that some considered flaws — narcissism, perfectionism, total faith in his intuition — to lead Apple and Pixar to triumph against steep odds," Kahney says. "In the process, he became a self-made billionaire."


Voir la vidéo: VOICI COMMENT ILS ONT PIÉGÉ ET BOUFFÉ AMOBE MEVEGUE