Bataille de San Jacinto

Bataille de San Jacinto


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 21 avril 1836, pendant la guerre d'indépendance du Texas vis-à-vis du Mexique, la milice texane dirigée par Sam Houston (1793-1863) lança une attaque surprise contre les forces du général mexicain Antonio Lopez de Santa Anna (1794-1876) à la bataille de San Jacinto, près de l'actuelle Houston, Texas. Les Mexicains ont été complètement mis en déroute et des centaines ont été faits prisonniers, dont Santa Anna. En échange de sa liberté, Santa Anna a signé un traité reconnaissant l'indépendance du Texas.

Bataille de San Jacinto : Contexte

Après avoir obtenu son indépendance de l'Espagne dans les années 1820, le Mexique a accueilli des colons étrangers dans le Texas peu peuplé, et un grand groupe d'Américains dirigé par Stephen F. Austin (1793-1836) s'est installé le long de la rivière Brazos. Les Américains étaient bientôt plus nombreux que les Mexicains résidents et, dans les années 1830, les tentatives du gouvernement mexicain de réglementer ces communautés américaines semi-autonomes ont conduit à la rébellion. En mars 1836, au milieu d'un conflit armé avec le gouvernement mexicain, le Texas déclare son indépendance du Mexique.

Les soldats volontaires du Texas ont d'abord subi une défaite contre les forces du général Antonio Lopez de Santa Anna-Sam Houston. Les forces du Texas à partir de décembre 1835) sont tombées en mars 1836.

Bataille de San Jacinto : avril 1836

De mars à mai, les forces mexicaines occupent à nouveau l'Alamo. Pour les Texans, la bataille d'Alamo est devenue un symbole de résistance héroïque et un cri de ralliement dans leur lutte pour l'indépendance. Le 21 avril 1836, Sam Houston et quelque 800 Texans ont vaincu la force mexicaine de Santa Anna d'environ 1 500 hommes à la bataille de San Jacinto, en criant « Souviens-toi de l'Alamo ! et "Souviens-toi de Goliad!" comme ils attaquaient. La victoire a assuré le succès de l'indépendance du Texas : à la mi-mai, Santa Anna, qui avait été fait prisonnier pendant la bataille, a signé un traité de paix à Velasco, au Texas, dans lequel il a reconnu l'indépendance du Texas en échange de sa liberté. Cependant, le traité a ensuite été abrogé et des tensions se sont accumulées le long de la frontière entre le Texas et le Mexique.

Les citoyens de la soi-disant Lone Star Republic ont élu Sam Houston comme président et ont approuvé l'entrée du Texas aux États-Unis. Cependant, la probabilité que le Texas rejoigne l'Union en tant qu'État esclavagiste a retardé toute action officielle du Congrès américain pendant plus d'une décennie. Enfin, en 1845, le président John Tyler (1790-1862) a orchestré un compromis dans lequel le Texas rejoindrait les États-Unis en tant qu'État esclavagiste. Le 29 décembre 1845, le Texas est entré aux États-Unis en tant que 28e État, élargissant les différences en Amérique sur la question de l'esclavage et déclenchant la guerre américano-mexicaine (1846-1848).


RETOUR DANS LA JOURNÉE: Massacre Canyon nommé pour la bataille indienne

Massacre Canyon est une petite faille plate dans la région autrement vallonnée et escarpée des Badlands du comté de Riverside.

Caractérisé par des flancs très hauts et escarpés, le canyon est situé juste au nord-ouest de Gilman Hot Springs, le long de la route 79 entre Lamb's Canyon Road et San Jacinto. Un ruisseau pérenne le traverse, alimenté par des sources sur le Portrero au sud-ouest de Beaumont.

Le ruisseau pénètre dans Massacre Canyon au nord à Massacre Canyon Falls, où il tombe sur un mur de roche solide de 12 pieds pour continuer à travers le canyon et dans la plaine de San Jacinto. Bien que la plupart des gens ne connaissent pas son existence, l'histoire derrière elle est une partie indélébile de la tradition de la vallée de San Jacinto.

Massacre Canyon tire son nom des premiers jours de la colonisation américaine dans la vallée de San Jacinto. Selon Rena Fowler, qui a écrit une histoire de la vallée de San Jacinto en 1912, de nombreux Indiens Soboba locaux ont raconté une bataille qui a opposé les Indiens Temecula à ceux du village d'Ivah, situé près de la communauté actuelle de Gilman Hot Springs. Old Victoriano, le dernier des chefs héréditaires des Indiens Soboba, a raconté comment un jour les Temecula ont été vus en train de récolter des graines de la plante Chia dans les zones de la vallée de San Jacinto revendiquées par les Ivahs. La plante Chia, identifiée comme Salvia Columbariae par David Prescott Barrows, poussait dans de nombreuses régions de l'ouest du comté de Riverside.

Les graines étaient une importante source de nourriture, et lorsque la plante a échoué dans la vallée de Temecula à cause de la sécheresse, les Temecula l'ont cherchée ailleurs. Un contingent de haut rang a été envoyé d'Ivah pour mettre un terme à l'incursion, mais les discussions pour atténuer le problème ont échoué lorsqu'un des Temecula a tiré sur les Ivah. Les deux parties se sont alors préparées au combat et se sont rencontrées le lendemain au combat. Pendant la majeure partie de la journée, la bataille a fait rage, faisant de nombreuses victimes des deux côtés. Cependant, lorsque les Temecula ont reçu des renforts en fin de journée, les Ivahs se sont retirés dans ce qui est maintenant appelé Massacre Canyon.

Les parois hautes et escarpées du canyon n'offraient aucune issue et les Ivah continuèrent à battre en retraite. À environ 800 mètres du canyon se trouvent les chutes de Massacre Canyon, et la partie piétonne du canyon se termine brusquement dans ce qui ne peut être décrit que comme une pièce, fermée sur trois côtés par des parois rocheuses sombres et cisaillées. Ces murs de cisaillement ont piégé les Ivahs restants et, selon Mme Fowler, les Ivahs ont combattu « …

En entendant l'histoire quelque 350 ans plus tard de nombreux Sobobas locaux, les premiers résidents américains de la vallée de San Jacinto ont surnommé la région Massacre Canyon.

À l'apogée de Gilman Hot Springs, Massacre Canyon était une sortie populaire pour une excursion d'une journée. Aujourd'hui, on peut trouver des gens en train de marcher le long du lit du ruisseau ou d'essayer de gravir les pentes abruptes, bien que cet exercice puisse être particulièrement dangereux et que quelques personnes aient été blessées ou même tuées en essayant. Je vais pour les chutes et la vue - et reste en dehors des côtés!


La bataille de San Jacinto, 21 avril 1836

En tant que commandant en chef de la révolution des colons du Texas contre le Mexique, Sam Houston a maintenu ses forces prêtes et a attendu l'occasion de frapper contre le dernier grand effort du Mexique pour écraser la rébellion à la bataille de San Jacinto. Les rangs de l'armée du Texas augmentaient progressivement en réaction aux massacres mexicains des rebelles à Alamo et Goliad. Les forces de Houston ont suivi les Mexicains alors que le président mexicain Antonio López de Santa Anna remontait la côte du Texas dans une campagne dirigée contre les bastions et les centres de la rébellion.

La bataille de San Jacinto 1836. L'image est tirée du livre American Battles and Campaigns

Le 21 avril, les éclaireurs de Houston ont localisé une Santa Anna imprudente et son armée ont bivouaqué du côté des Texans de la rivière du même nom, près de l'actuelle Houston. Houston avec quelque 900 hommes se dirigea furtivement contre le camp fortifié de Santa Anna. 1360 Mexicains furent surpris en train de prendre leur repas du midi tandis que Santa Anna et ses officiers préparaient des plans pour attaquer et anéantir les Texans.

Avec deux canons légers envoyés de l'Ohio, l'armée de Houston a lancé un assaut tête baissée, avec la cavalerie des Texans sur les flancs alors qu'ils se dirigeaient rapidement vers le campement mexicain, le nombre et les mouvements des Texans étant masqués par des arbres au bord de la rivière. « Souvenez-vous de l'Alamo ! Souvenez-vous de Goliad ! » était le premier avertissement que les Mexicains ont eu de l'assaut, Santa Anna a pris la fuite sans avoir eu le temps d'enfiler sa jambe artificielle. En seulement 16 minutes, 630 Mexicains avaient péri dans une déroute désordonnée, avec 200 blessés de plus, contre seulement neuf Texans tombant. Les Texans qui les poursuivaient capturèrent 700 autres membres de l'armée brisée le lendemain, dont Santa Anna. Les Texans ont forcé Santa Anna capturée à signer un traité reconnaissant l'indépendance du Texas, que le Mexique a ensuite répudié, mais n'a pris aucune autre action militaire pour reconquérir le territoire rebelle.

La bataille de San Jacinto-1895 peinture de Henry Arthur McArdle (1836-1908). Par Henry Arthur McArdle. L'image est dans le domaine public via Wikimedia.com

Dr Chris McNab est l'éditeur de AMERICAN BATTLES & CAMPAIGNS: A Chronicle, de 1622 à nos jours et est un spécialiste expérimenté des techniques de survie en milieu sauvage et en milieu urbain. Il a publié plus de 20 livres, dont : How to Survive Anything, Anywhere — une encyclopédie des techniques de survie militaires et civiles pour tous les environnements — Special Forces Endurance Techniques, First Aid Survival Manual et The Handbook of Urban Survival. Dans son pays d'origine, le Pays de Galles, au Royaume-Uni, Chris fournit des instructions sur les techniques de chasse en pleine nature et il est également un instructeur d'arts martiaux expérimenté.


Photo des survivants de la bataille de San Jacinto

Photographie des survivants de la bataille de San Jacinto, lors d'une réunion de l'Association des anciens combattants du Texas&# 39 à Galveston c. 1880. Rangée du centre, troisième à partir de la gauche : Valentine Ignatius Burch du comté de Tyler, Texas. Rangée centrale, deuxième à partir de la gauche : Valentine Burch. Première rangée, deuxième à partir de la droite : George Petty du comté de Washington.

Description physique

Largeur : 20,3 cm x Hauteur : 25,4 cm

Informations sur la création

Le contexte

Cette photographier fait partie de la collection intitulée : Objets du musée Star of the Republic et a été fournie par le musée Star of the Republic à The Portal to Texas History, un référentiel numérique hébergé par les bibliothèques de l'UNT. Il a été visionné 3852 fois, dont 28 le mois dernier. Plus d'informations sur cette photographie peuvent être consultées ci-dessous.

Personnes et organisations associées à la création de cette photographie ou à son contenu.

Photographe

Publics

Consultez notre site de ressources pour les éducateurs! Nous avons identifié ce photographier comme un source principale au sein de nos collections. Les chercheurs, les éducateurs et les étudiants peuvent trouver cette photographie utile dans leur travail.

Fourni par

Musée de l'Étoile de la République

Situé dans le site historique d'État de Washington-on-the-Brazos, la mission du musée est de collecter et de préserver la culture matérielle de la République du Texas.


Site historique d'État du champ de bataille de San Jacinto

« Souvenez-vous de l'Alamo ! « Souviens-toi de Goliad ! Les troupes texanes dirigées par le général Sam Houston ont crié lorsqu'elles ont surpris l'armée mexicaine qui campait ici en 1836. La bataille décisive de San Jacinto a abouti à l'indépendance du Texas du Mexique. Ce parc de 1 200 acres comprend l'imposant monument de San Jacinto et le musée d'histoire de San Jacinto. Marchez sur les traces des soldats texans sur le terrain, explorez le musée et prenez l'ascenseur jusqu'au sommet du monument pour admirer une vue plongeante sur l'endroit où l'indépendance du Texas a été gagnée.


Bataille de San Jacinto - HISTOIRE

1. Drapeau de l'indépendance de Scott, mi-septembre. 1835 : Le comité local de vigilance et de sécurité lance un appel aux armes vers le 19 septembre 1835 en réponse à l'annonce que le général Cos prévoyait une invasion du Texas. Environ 30 hommes ont répondu à l'appel à Lynchburg et ont été entièrement équipés par William Scott. Il a décidé qu'un drapeau devrait être fait. Charles Lanco, avec l'aide de Mme Joseph Lynch à Lynchburg a fait le drapeau (probablement avant le drapeau de Dodson&# 145s) . “Quatre mètres de soie bleue offerts par Scott avec une étoile peinte en blanc et le mot “Independence.” James L. McGahey a porté le drapeau à la bataille de Concepcion (28 octobre) (mais avait fait sa sieste sac à San Felipe pour qu'il n'ait peut-être pas volé), où il l'a donné à Thomas B. Bell, qui l'a fait voler au Grass Fight (26 novembre) et peut-être lors de la (étape finale du) siège de Bexar.&# 148 <1>

2. Dodson&# 146s “Lone Star” drapeau, mi-septembre :. Répondant également à l'appel aux volontaires du 19 septembre 1835, le capitaine Andrew Robinson, Jr. a levé une entreprise de la communauté de Harrisburg. Réalisé par Sarah Dodson pour son mari, le lieutenant Archelaus Bynum Dodson pour son entreprise de bénévoles. Fait de calicot (coton), de carrés bleus, rouges et blancs de tailles égales. “L'étoile blanche aurait symbolisé que le Texas était le seul État mexicain dans lequel l'étoile de la liberté se levait.” Porté au moins jusqu'à Cibolo Creek par James Ferguson et peut-être à la bataille de Concepcion et au siège de Bexar. Cependant, Austin lui avait demandé de ne pas le hisser à Bexar de peur qu'il ne soit considéré comme un drapeau révolutionnaire. Probablement fait après le drapeau de Scott&# 146. A Washington le 2 mars (Déclaration d'indépendance), l'un des deux drapeaux. Considéré comme le premier drapeau tricolore Lone Star. <2>

3. Come & Take It , 2 octobre 1835 : Premier drapeau de la révolution à voir en action. Conçu et peint par Cynthia Burns et Evaline DeWitt. Deux descriptions (Smithwick : “tissu de coton blanc d'environ six frères de long, au centre duquel était peinte en noir une image du vieux canon, au-dessus d'une étoile solitaire et en dessous les mots ‘Venez et prenez-le.&# 146” Charles Mason : “un sol blanc avec un canon noir au centre, et la devise ‘Venez et prenez-le !’ au-dessus et en-dessous.”) À gauche de Gonzales le 13 octobre. Drapeau à gauche le long la route de Bexar avec le canon cassé (chariot). <3>

4. Dimmit&# 146s “Constitution of 1824” flag , 18 octobre 1835 : réalisé par Philip Dimmit, commandant du fort de Goliad. Le 27 octobre, il écrivit à Stephen F. Austin en disant : “J'ai fait faire un drapeau – les couleurs, et leur disposition est la même que l'ancien – avec les mots et les chiffres, ‘Constitution de 24’ affiché sur le blanc, au centre. Ce drapeau était une expression du « parti de la paix » qui souhaitait un retour à la Constitution de 1824 qui soutenait un gouvernement fédéraliste et certains droits aux États et à leurs citoyens. Santa Anna avait suspendu la constitution lorsqu'il s'était déclaré dictateur et était revenu à l'ancienne forme de gouvernement centraliste favorisée par l'Église et l'armée. Le 6 décembre, Dimmit a porté son drapeau à Bexar pour participer à l'assaut final. Le général Cos s'est rendu le 9 décembre. Le drapeau a été laissé à Bexar depuis que Dimmit a changé sa politique sur la lutte à Bexar. Le temps des discussions était révolu, la séparation et l'indépendance étaient la seule solution. Grant et Johnson, toujours en quête de réconciliation, dirigent chacun une entreprise portant un drapeau « 1471824 » (je ne sais pas si la « Constitution de » était incluse, mais probablement pas depuis que le gouvernement avait approuvé le drapeau de 1824 le 29 novembre) après avoir quitté l'Alamo et commencé l'expédition Matamoros en janvier. Pendant ce temps, Dimmit est retourné à Goliad et a conçu un autre drapeau avant le 20 décembre, celui-ci pour l'indépendance. <4>

5. New Orleans Grays, octobre : Organisé à la Nouvelle-Orléans le 13 octobre. Deux compagnies ont été formées. Le premier sous le commandement du capitaine Thomas H. Breece et le second sous le commandement du capitaine Robert C. Morris. Ils ont quitté la Nouvelle-Orléans à deux jours d'intervalle, à destination du Texas. Breece a pris la route du nord, la route terrestre et est entré au Texas par Gaines&# 146 Ferry. Morris et 68 hommes ont navigué et sont arrivés à Velasco le 22 octobre. La compagnie Breece's a reçu un drapeau "par un groupe de dames de l'est du Texas". De la Nouvelle-Orléans”. L'aigle porte dans son bec une bannière avec la devise “God & Liberty.” Breece a emmené le drapeau au siège de Bexar, arrivant après la compagnie Morris&# 146. Après la chute de Bexar, toutes les compagnies combinées sauf 23 sont parties avec James Grant et F. W. Johnson sur l'expédition Matamoros, mais la plupart ont ensuite choisi de rester avec la garnison de Goliad. Le drapeau des Gris a été laissé à San Antonio avec les Gris restants et tous ont péri à la chute de l'Alamo. Santa Anna a capturé le drapeau et l'a envoyé comme drapeau trophée au Mexique après la chute de l'Alamo. Le seul drapeau encore existant qui flottait sur l'Alamo. Santa Anna rapporte qu'il y avait plus d'un drapeau à l'Alamo. <5>

6. Drapeau Troutman “Lone Star” , également connu sous le nom de drapeau Ward&# 146s Georgia Battalion . Fin novembre : Johanna Troutman confectionne le drapeau en novembre 1835 en Géorgie. Soie blanche arborant une étoile solitaire brodée en bleu et les mots “Liberty or Death” d'un côté et au revers la devise “Ubi Libertas Habitat, Ibi Nostra Patria Est” (où réside la liberté, il y a notre patrie). Étoile à cinq branches appliquée de chaque côté. Présenté à William Ward&# 146s Georgia Battalion. novembre 1835 (bien après le 12) dans le comté de Crawford, Géorgie. Transporté au Texas et déployé à Velasco le 8 janvier 1836 (anniversaire de la bataille de la Nouvelle-Orléans) au-dessus de l'American Hotel. Transporté à Goliad où Fannin l'a soulevé le 8 mars à Goliad pour célébrer la nouvelle de la déclaration d'indépendance du Texas. Détruit par des vents violents à Goliad ce soir-là. Sélectionné le 25 février 1913 sur Sara Dodson en tant que "concepteur du drapeau Lone Star du Texas" par les deux chambres de l'Assemblée législative du Texas. <6>

7. Drapeau Red Rover de l'Alabama, fin novembre : une compagnie de 75 bénévoles formée et équipée par le Dr John Schackford de Courtland, Alabama, est arrivée en janvier 1836. Appelée les Red Rovers parce que ses membres étaient en uniforme de jeans rouges. Un petit drapeau de bataille carré et rouge aurait été capturé à Goliad et emmené à Mexico. La plupart ont été tués à Goliad. <7>

8. Drapeau corsaire du Conseil Général, 29 novembre 1835. Premier drapeau officiel de la Révolution. Le Conseil général a adopté le drapeau �” qui était une modification du drapeau de Philip Dimmit’ du 27 octobre. Utilisant le drapeau national mexicain, les panneaux tricolores verts, blancs et rouges, l'aigle mexicain a été remplacé par les chiffres (représentant la date de) 1824. Le drapeau officiel a été approuvé pour voler par des corsaires opérant sous des lettres de chapiteau et de représailles aussi tard qu'en février 1836. Le Dr Grant & FW Johnson a chacun hissé un drapeau de 1824 sur leur expédition Matamoros illfated. Le mythe populaire prétend que ce drapeau a volé à l'Alamo lorsqu'il est tombé le 6 mars 1836. Il n'a été ni capturé ni rapporté dans les journaux officiels. <8>

9. Dimmit&# 146s &# 147Bloody Arm&# 148 drapeau, 20 décembre 1835: Lorsque Dimmit est revenu du siège de Bexar où il a arboré son drapeau “Constitution de 1824”, sa politique avait changé du conservateur à l'indépendance causer. Philip Dimmitt a hissé ce nouveau drapeau à Goliad le 20 décembre 1835, à l'occasion de la déclaration d'indépendance de Goliad. Fait de coton domestique blanc de deux mètres de long, un mètre de large et au centre était peint à l'encre rouge ou à la teinture, un bras et une main tenant en l'air une épée dégainée. Dimmit est resté en tant que commandant de Goliad jusqu'à ce qu'il soit retiré le 10 janvier et le drapeau a été retiré. Dimmit était le magasinier de l'armée d'Alamo du 24 janvier au 24 février. Il est arrivé à San Jacinto avec des recrues et des fournitures le 22 avril. <9>

10. Le drapeau “San Jacinto” de Sidney Sherman, fin décembre. Apporté au Texas par Sidney Sherman a organisé une compagnie de 52 volontaires dans le Kentucky. Prétendument peint par James H. Beard et présenté à la Newport (Kentucky Rifle Company par l'épouse de Sherman, Katherine Sherman. &# 147Le drapeau est en soie blanche avec la figure peinte d'une femme aux seins nus tenant dans une main une épée sur laquelle est drapée une banderole avec les mots "La liberté ou la mort". Probablement basé sur la peinture d'Eugène Delacroix "La liberté guidant le peuple". La dame au drapeau représentant la liberté. À l'origine, le champ (de fond) était bleu. L'entreprise a quitté le Kentucky le 31 décembre (mais le service militaire a été crédité à partir du 18 décembre). Je ne sais pas quand ils sont arrivés au Texas. Les seuls drapeaux survivants de la révolution du Texas sont le drapeau Red Rover, le drapeau New Orleans Grays et le Drapeau de San Jacinto. Les deux premiers sont détenus au Mexique comme butin de guerre et le drapeau de San Jacinto est à Austin. <10>

11. Brown&# 146s “Bloody Arm” flag , Drapeau créé par William S. Brown de Velasco. Volé peut-être dès décembre 1835 au siège de Bexar, mais aucune documentation collatérale. Volé à Velasco le 8 janvier 1836 à l'American Hotel avec le drapeau Troutman. William S. Brown de Velasco. Le drapeau se composait de treize bandes horizontales rouges et blanches alternées et d'une union bleue. Le mot « Indépendance » a été écrit sur une bande blanche (3e à partir du haut, sur six) et un bras et une main nerveux saisissant une épée sanglante dans l'union surdimensionnée (longue). . Une source dit que le drapeau a été hissé à la Convention lorsque l'indépendance a été déclarée le 2 mars, avec le drapeau de Dodson. Cependant, Brown a été nommé capitaine de la goélette Liberty en janvier 1836, et a continué à servir jusqu'à ce qu'il soit relevé de ses fonctions le 12 mars. Je ne sais pas qui aurait pris le drapeau à Washington. <11>

12. Bannière de Travis : Dans son journal daté du 21 janvier 1836, W. Barret Travis a noté qu'il avait acheté un drapeau pour 5 $. Le 24 décembre, Travis avait été nommé colonel leuitent de la cavalerie de l'armée régulière et le 21 janvier, le gouverneur Smith lui avait ordonné de lever 100 volontaires. Il a levé une trentaine d'hommes et est parti le 24 janvier pour Bexar où il est arrivé le 5 février. Il note dans sa lettre écrite d'Alamo assiégé le 24 février au "Peuple du Texas" que "le drapeau flotte toujours fièrement sur les murs". Aucune description n'est fournie dans aucun des documents. <11.5>

(Drapeau rouge d'Alamo de Santa Anna : 23 février 1836) Drapeau de Santa Anna hissé au-dessus de la tour de l'église San Fernando de Bexar en signe de non-quartier. <12>

13. Baker&# 146s “San Felipe” flag , 29 février 1836. Drapeau présenté le 29 février 1936 à la compagnie de bénévoles de San Felipe sous la direction du capitaine Moseley Baker. Présenté par Gail Borden, Jr. D'après le dessin d'un drapeau de Stephen F. Austin décrit dans une lettre à Borden. Pensé pour avoir été fait par Pamela Shelpherd et Nina Stewart dans la maison de Shelpherd à San Felipe.. à Baker à San Felipe le 2 mars. venaient des États-Unis, le tricolore rouge, blanc et vert indiquait qu'à un moment donné, le Texas faisait partie de la confédération mexicaine et que l'étoile blanche à cinq branches représentait le Texas elle-même - le seul État du Mexique à revendiquer la lumière de la liberté. Baker a emmené ses hommes à Gonzales et y a rejoint l'armée de Sam Houston. Les volontaires de San Felipe sont restés une unité pendant la retraite et ont participé, sous Baker, à la bataille de San Jacinto le 21 avril 1836. Malheureusement, le drapeau a disparu en cours de route et Baker a substitué un mouchoir rouge au drapeau de sa compagnie à San Jacinto. (voir ci-dessous). <13>

14. Bannière des volontaires de San Augustine, 15 mars. La compagnie du capitaine Kimbro a reçu une bannière fabriquée par Miss Amanda et American Holman, Mme Augustus Hotchkiss et Mme Parks. Il n'y a pas de description du drapeau. Il a été achevé après que les volontaires ont quitté San Augustine et leur a été livré alors qu'ils traversaient la rivière Angelina. <13.5>

15. Drapeau national de la marine, 9 avril. Un drapeau national pour le service naval adopté le 9 avril 1836 à Harrisburg alors que le gouvernement intérimaire était en retraite. Volé avant San Jacinto. Fabriqué à la maison de Mme Jane Harris par les dames de Harrisburg. Il avait un bleu de l'union, une étoile centrale, treize bandes prolongées, alternées de rouge et de blanc. il avait ce drapeau conçu pour être clairement perçu comme n'étant pas mexicain, et en fait, trompeur dans sa confusion avec le drapeau américain à distance. <14>

16. Drapeau rouge de Baker à San Jacinto, 21 avril : Porté à San Jacinto le 21 avril 1836 par la compagnie Baker (évidemment perdu le drapeau de San Felipe, voir ci-dessus). C'était un mouchoir rouge. Il a été transporté jusqu'au début de la bataille et a été abandonné et perdu. <15>

17. Drapeau du soldat Juan Lopez à San Jacinto, le 21 avril : le soldat Lopez avait rejoint la compagnie du capitaine Juan Seguin deux jours auparavant et Seguin nota que Lopez entrait hardiment dans le combat, brandissant d'une main une vieille épée rouillée, tenant de l'autre un fusil bâton au sommet duquel était attaché une sorte de chiffon rouge.» Seguin lui ordonna de laisser tomber le drapeau et de prendre le fusil d'un des soldats malades. <15.5>

<1>Mayberry, p. Nouveau manuel, "Flags" Southwestern, Vol. 18, p. 271>
<2>Veazey & Potter, p. 7 Nouveau manuel en ligne, "Flags" Southwestern , Vol. 18, p. 273, 274 Mayberry, p. 24
<3> Smithwick, p. 72 Nouveau manuel en ligne, "Flags" Mayberry, p. 23
<4> Pomeroy, Yates
<5> Nouveau manuel , Vol. 2, p. 1023 Nouveau manuel en ligne , "Flags" Nouveau manuel , Vol. 4, p. 998 Mayberry, p. 10, 27
<6> Veazey & Potter, p. 10 Nouveau manuel en ligne, "Flags", Mayberry, p.25 Vinson, p.113
<7> Gilbert, p. 64 Nouveau manuel en ligne , "Flags"
<8> Yates
<9> Nouveaux manuels en ligne , "Flags" Nouveau manuel , Vol. 5, p. 1020 Pomeroy
<10> Nouveaux manuels en ligne , "Flags" Nouveau manuel , Vol. 5 p. 1020, Mayberry, p. 26
<11> Veazey & Potter, p. 9 Nouveau manuel en ligne, "Flags"
<11.5> Hansen-32 Edmondson-259, 260 Lindley-10 Lord-81 Paxton Williams
<12> Nouveau manuel en ligne , "Flags" Brown: Vol. 1, p. 584
<13> Pomeroy, Nouveau manuel en ligne, "Flags" Cox, p. 178
<13.5> Henson-88
<14> Sud-Ouest ,Vol. 59, p. 488
<15> Sud-Ouest , Vol. 45, p. 45
<15.5> Moore-326


La bataille de San Jacinto

Image : Sam Houston. La bataille de San Jacinto a duré moins de vingt minutes, mais elle a scellé le sort de trois républiques. Le Mexique ne regagnera jamais le territoire perdu, malgré des incursions sporadiques au cours des années 1840. Les États-Unis allaient acquérir non seulement la République du Texas en 1845, mais aussi des terres mexicaines à l'ouest après que le traité de Guadalupe Hidalgo ait mis fin à la guerre du Mexique en 1848.

Début avril, Santa Anna avait divisé ses forces dans une attaque sur trois fronts : une armée du nord, sous le commandement du général Antonio Gaona, l'armée centrale sous Santa Anna et le général Joaquin Ramirez y Sesma, et une armée côtière sous le commandement du général José Francisco Urrea. .

L'armée texane, quant à elle, était en retraite depuis le 13 mars, date à laquelle elle avait quitté Gonzales après avoir appris la chute d'Alamo. La nouvelle du massacre du 27 mars à Goliad a conduit plusieurs hommes à quitter l'armée pour aider leurs familles à fuir devant l'avancée de l'armée mexicaine. Le "Runaway Scrape" qui en a résulté a impliqué la majeure partie de l'est du Texas et a paniqué le gouvernement. Sam Houston passa les semaines suivantes à essayer de former les recrues dans quelque chose ressemblant à une armée disciplinée, puis continua sa marche vers la Sabine.

Le 16 avril, apprenant que Santa Anna avait isolé son armée, Houston le poursuivit jusqu'à Buffalo Bayou, y arrivant à minuit le 19 avril et continuant leur marche vers Lynch's Ferry le 20. Cet après-midi-là, le général Sidney Sherman a engagé les Mexicains dans une escarmouche qui a presque abouti à une bataille à grande échelle. Les actions héroïques de Mirabeau B. Lamar dans ce conflit lui ont valu une commission sur le champ de bataille en tant que colonel.

Titre de l'image : Général Sidney Sherman. Le lendemain, Houston apprit que le général Martin Perfecto de Cos avait traversé le pont Vince avec des renforts. Houston ordonna à Erastus « Deaf » Smith de détruire le pont, ce qui empêcha un gonflement supplémentaire des rangs mexicains et empêcha également la retraite des armées mexicaine et texane.

Vers 15h30 de l'après-midi, pendant la période de sieste mexicaine, Houston répartit ses troupes en bataille, en encadrant la ligne avec le canon "Twin Sisters". A l'abri des arbres et d'une élévation du terrain, les Texans ont pu avancer avec une certaine sécurité. Puis, avec les cris "Souvenez-vous d'Alamo" et "Souvenez-vous de La Bahia" ou "Souvenez-vous de Goliad" retentissant le long de leurs lignes, les Texans se sont précipités sur l'armée mexicaine consternée, les poursuivant et les massacrant longtemps après la fin de la bataille elle-même.

630 Mexicains ont été tués et 730 faits prisonniers. Les Texans n'ont perdu que 9 tués ou blessés mortellement trente ont été moins grièvement blessés. Parmi ces derniers figurait le général Houston, dont la cheville a été fracassée.

Image : Erastus "Sourd" Smith. Le lendemain de la bataille, un petit groupe a découvert Santa Anna et l'a amené dans le camp, ignorant d'abord l'importance de leur prisonnier. Dans le cadre de son accord de capitulation, le président-général a ordonné aux troupes mexicaines restées au Texas de se retirer immédiatement au sud du Rio Grande.

Le 14 mai 1836, les traités publics et privés de Velasco, ont été signés par les présidents David G. Burnet et Antonio Lopez de Santa Anna. Ils confirment la retraite mexicaine et déclarent la fin de la guerre. Ni le Texas ni les gouvernements mexicains n'ont accepté les traités, cependant, et un état de guerre a existé pendant la majeure partie de l'existence de la République du Texas.

Cliquez sur l'image pour agrandir l'image et la transcription.
Texan tué et blessé.

Cliquez sur l'image pour agrandir l'image et la transcription.
Mexicain tué et blessé.

Image : Abandon de Santa Anna, par William H. Huddle


La bataille de San Jacinto – Histoire du Texas

Sam Houston et la maigre armée de Texans se retirèrent vers l'est après la chute de l'Alamo au printemps 1836. Les troupes devinrent cependant de plus en plus impatientes lorsqu'elles atteignirent Buffalo Bayou, à quelques kilomètres au sud-est de l'actuelle Houston.

Le matin du 19 avril, les Texans traversèrent et descendirent la rive droite de Buffalo Bayou à moins d'un demi-mile de sa confluence avec la rivière San Jacinto. Ici, l'armée a préparé ses défenses à l'orée d'un bosquet d'arbres. Leurs arrières étaient protégés par le bois et le bayou, tandis que devant eux s'étendait une prairie ouverte.

Le lendemain matin, le général mexicain Antonio Lopez de Santa Anna traversa la prairie en bataille. Une volée de l'artillerie texane des « Twin Sisters » l'arrêta subitement. Se repliant sur un bouquet d'arbres distant d'un quart de mile, les troupes de Santa Anna se sont formées en ligne de bataille. Le colonel Sidney Sherman, à la tête de la cavalerie texane, chargea l'armée mexicaine mais n'accomplit guère que d'inspirer aux Texans un nouvel enthousiasme pour le lendemain.

Le 21 avril, s'est levé lumineux et beau. Les principales forces de l'armée du Texas étaient là, totalisant environ 750 hommes. Ils ont affronté plus de 1 500 ennemis, en sécurité et fiers de l'offensive dont ils avaient bénéficié au cours des semaines précédentes contre les Texans. Tôt le matin, Houston envoya Deaf Smith, le célèbre espion texan, avec deux ou trois hommes, pour détruire le pont de Vince sur lequel l'armée mexicaine était passée, coupant ainsi leur seule échappatoire possible.

Lorsque l'ordre tant attendu de Houston d'avancer a été donné, les Texans n'ont pas hésité. Lorsque, à moins de soixante-dix mètres, le mot « feu » a été prononcé, les cris texans « Remember the Alamo » et « Remember Goliad » ont retenti sur toute la ligne. En peu de temps, 700 Mexicains ont été tués, et 730 autres ont été faits prisonniers. La bataille pour le Texas était gagnée.

Un panneau sur le côté du monument de San Jacinto souligne aujourd'hui l'importance de la bataille après plus d'un siècle et demi de réflexion : « Mesurée par ses résultats, San Jacinto a été l'une des batailles décisives du monde. La libération du Texas du Mexique gagnée ici a conduit à l'annexion et à la guerre du Mexique, entraînant l'acquisition par les États-Unis des États du Texas, du Nouveau-Mexique, de l'Arizona, du Nevada, de la Californie, de l'Utah et de certaines parties du Colorado, du Wyoming, du Kansas. et Oklahoma. Almost one-third of the present area of the American nation, nearly a million square miles of territory, changed sovereignty.”


The Battle of San Jacinto 21 avril 1836

The events that led to the battle at San Jacinto actually began at Gonzales, Texas, in March of 1836. General Houston had arrived at Gonzales just in time to receive the news of the disaster at the Alamo. He immediately made an attempt to form military units within the army. After he had accomplished some sort of organization to his little militia, Houston decided that he must retreat. He knew that his group would be no match for Santa Anna's disciplined troops and his only hope was to withdraw and lure the Mexican forces deeper into Texas. He hoped to lengthen their (Mexican) supply lines and make it difficult for them to move rapidly.

Everyone felt sure that Houston would make his stand at the Colorado and when he did not, some thought that he should be relieved of his command and indeed this might have happened if there had been a qualified replacement. Sam Houston overcame these difficulties in his same determined way and the exhausted little army moved on toward the plain at San Jacinto.

After playing his game of "cat and mouse" with the Mexican army for more than a month, Sam Houston was finally ready to spring his trap. Although the odds still favored the Mexicans, Houston must have felt that this was the best chance he had to secure a victory and better yet, possibly capture Santa Anna. At approximately 4:30 p.m. on April 21, 1836, some 800 Texans began their assault against 1300 to 1400 Mexican soldiers. Le livre Battles of Texas, describes the Texans' charge as follows: "Incredibly the Texans reached within two hundred yards of the Mexican barricade before they were seen . The "Twin Sisters." roared and muskets barked and men cursed furiously and suddenly all was bedlam."

General Sam Houston had two horses shot out from under him during the battle. He was shot through the ankle. Santa Anna grabbed a horse from one of his men and fled. The Mexican army was caught completely off-guard and the Battle of San Jacinto was over in less than 18 minutes.

The battle had been won, but the killing continued. Thirsty for revenge, emotions ran wild among the Texans. They shot, clubbed, and stabbed the Mexicans as they attempted to escape. Some of the enemy soldiers were even scalped, before the Texas army officers finally restrained their men. It has been estimated that 650 Mexicans were killed and 700 captured. General Santa Anna was taken captive the next day.


Twin Sisters

On November 17, 1835, after Texas agent Francis Smith convinced the people of Cincinnati, Ohio, to aid the cause of the Texas Revolution, the Ohioans began raising funds to procure two cannons and their attendant equipment for Texas. Since the United States was taking an official stance of neutrality toward the rebellion in Texas, the citizens of Cincinnati referred to their cannon as "hollow ware." Two iron six pounders, were manufactured at the foundry of Hawkins and Tatum in Cincinnati and then shipped down the Mississippi to New Orleans. William Bryan , an agent of the Republic of Texas in New Orleans, took official possession of the guns on March 16, 1836. From New Orleans the guns were placed on the schooner Pennsylvanie and taken to Brazoria. According to family tradition, the cannons received the name "Twin Sisters" at Brazoria from the twin daughters of Dr. Charles Rice who by coincidence were on board the Pennsylvanie when it arrived in Texas and were asked to make a speech presenting the cannons to Texas. However, the first known use of the name was in a letter from President David G. Burnet to the Texas Committee in Cincinnati on July 22, 1836.

After several unsuccessful attempts to get cannons to the Texas army under Sam Houston, which was retreating toward the Sabine before the forces of Gen. Antonio López de Santa Anna, the Twins finally reached the army at their camp on the Brazos at Bernardo Plantation on April 11, 1836. They were sent from Brazoria to Galveston on the Pennsylvanie, then to the mainland aboard the schooner Flash, and to Harrisburg on the Ohio, where they were hauled by B. W. Breeding's oxen to Bernardo. A thirty-man artillery "corps" was immediately formed to service the guns, the only artillery with the Texas army, and placed under the command of Lt. Col. James Clinton Neill. Only nine days later the Twin Sisters saw their first action during a skirmish between the armies of Houston and Santa Anna on April 20. In this fight Neill was wounded, and command of the guns passed to George W. Hockley. The next day, April 21, 1836, saw the battle of San Jacinto and the securing of fame for the Twin Sisters. That afternoon near the banks of Buffalo Bayou the Texas army struck at Santa Anna's unsuspecting troops. The Twins were probably near the center of the Texans' line of battle and ten yards in advance of the infantry. Their first shots were fired at a distance of 200 yards, and their fire was credited with helping to throw the Mexican force into confusion and significantly aiding the infantry attack. During this battle the Twins fired handfuls of musket balls, broken glass, and horseshoes, as this was the only ammunition the Texans had for the guns. Among the crews serving the guns were several men who later made prominent names for themselves in Texas history, including Benjamin McCulloch, a future Confederate general who endeavored to bring the Twins back from oblivion in 1860. In 1840 the Twins were moved, along with other military stores, to Austin, where on April 21, 1841, they were fired in celebration of the fifth anniversary of the battle of San Jacinto. When Sam Houston was inaugurated as president of the republic that year, the Twins were fired as Houston kissed the Bible after taking the oath of office.

In 1842 the Twins were placed on the summit of President's Hill in Austin to defend the river crossing against an attack by Mexican troops that occupied San Antonio. They were inventoried in Austin in 1843, where they remained for another twenty years reports of them being sent to Baton Rouge after Texas was annexed to the United States in 1845 were incorrect. Then came the election of Abraham Lincoln and the secession crisis. Even before Texas called the Secession Convention, men were beginning to think about preparing for war. McCulloch, recalling his service with the Twin Sisters at San Jacinto, thought that these guns should once again be on Texas soil. He wrote to Governor Houston informing him that he thought the Twins were located in Louisiana and should be returned to Texas. Houston agreed and wrote to the United States secretary of war asking for the return of the Twins. Before action could be taken on this matter, however, Texas had seceded from the Union. The Texas Secession Convention appointed a commission to ask Louisiana for the return of the Twin Sisters, but inquiries showed that the cannons had been sold to a foundry in Baton Rouge as scrap iron some years before. Instead of being the Twin Sisters, the cannons sent to Louisiana were two iron 6-pounders acquired by Thomas Jefferson Chambers for Texas in 1836. George Williamson, commissioner for Louisiana to the state of Texas, discovered that one of the guns was still at the foundry, although in poor condition, and that the other had been bought by a private citizen in Iberville Parish. Having found the cannons, Williamson asked the Louisiana legislature to purchase and repair them before presenting them to the state of Texas. The Louisianans passed an appropriation of $700 to "procure the guns, mount the same in a handsome manner," and forward them to Texas. The guns arrived on April 20, 1861, the twenty-fifth anniversary of the original firing of the Twins at San Jacinto.

The next report of the Twins was on November 30, 1863, when Maj. A. G. Dickinson, commander of the Confederate post at San Antonio, reported that they were in the rebel arsenal at Austin, although in very poor condition. On February 8, 1864, Lt. Walter W. Blow wrote to Col. John S. (Rip) Ford , who was preparing an expedition to recapture the Rio Grande from invading federal troops, that he was preparing to send the Twins to San Antonio so that they could accompany Ford's command. Blow's February 1864 report is the last official and certain mention of the Twin Sisters. Ford took six cannons to Brownsville, including two 6-pounders that were likely the Twins. They were present at the last battle of the Civil War at Palmito Ranch, and abandoned in Fort Brown after Ford learned of Robert E. Lee's surrender at Appomattox Courthouse. The Twins were probably shipped back east by the Union Army and melted for scrap iron. There are various stories as to their fate at the end of the war. One of the most intriguing is that a group of Confederates led by Henry North Graves buried the guns to prevent their removal by Union forces in August 1865 in Harrisburg. The guns Graves buried were two 4-pounders unloaded from the schooner Cayuga on Galveston Island in 1836, acquired by the Galveston Artillery Company in 1843, and mistakenly believed to be the Twins. The two Chambers guns brought back from Louisiana in 1861 were erroneously reported as the Twins by M. A. Sweetman, who saw them in Houston's Market Square on July 30, 1865, and identified them by the brass carriage plaques installed in Louisiana. The guns were shipped east, where one of the carriage plaques was found in New York. The plaque was sent to Governor Pat Neff in 1924 and placed in the Mayborn Museum at Baylor University.


Voir la vidéo: WWII - Taistelu Britanniasta OSA 23